L'école autrement :
la PMEV

Georges Jacquemettaz

 

Dans la société ...

Il faut bien constater qu'aujourd'hui de nombreux paramètres régulant notre vie professionnelle (entre autres) ont changé. L'économie est fondée sur la productivité et la rentabilité à tout prix. Sont mises en exergue l'initiative individuelle et la capacité de chacun de créer son entreprise. Les métiers que nos enfants exerceront n'existent pas encore.
D'autre part, on ne retrouvera plus la séquence qui rythmait la vie de nos parents : "Etude - travail - retraite", mais des retours fréquents et nécessaires aux études, ponctués de périodes de chômage.

A l'école ...

Dans nos classes devenues très hétérogènes, chaque enfant a un rythme de travail souvent très différent de celui de son voisin. On commence l'école en ayant déjà beaucoup appris à travers la télévision, l'ordinateur, les voyages, et un enseignement traditionnel a beaucoup de peine à motiver des enfants gavés d'images en mouvement.

Or, le but principal de l'école n'a pas changé : amener tous les enfants à un niveau minimum de connaissances et de compétences. Mais comment atteindre cet objectif, alors que l'on sait aujourd'hui qu'il ne suffit pas d'enseigner pour que les enfants apprennent, qu'il ne s'agit plus de remplir des mémoires, mais de former des esprits.

Les moyens pédagogiques existent :

Favoriser les apprentissages des élèves lents sans porter préjudice aux élèves les plus rapides;
Donner le temps d'apprendre : respecter le temps nécessaire à l'apprentissage pour chacun, tout en agissant pour modifier le rythme des plus faibles;
Donner aux élèves des occasions de s'investir pour les motiver;
Proposer un contexte d'apprentissage auto-porteur permettant de développer l'autonomie et la capacité d'autoévaluation;
Responsabiliser pour former à l'initiative et à la créativité en se centrant sur la contribution de l'élève à son apprentissage;
Organiser la classe pour que tout le monde progresse :
accélérer le rythme des élèves lents,
étoffer le menu des élèves rapides pour leur éviter de perdre du temps et les pousser plus loin,
faire bénéficier les lents du dynamisme des rapides.

 

La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant

propose une démarche qui permet de concrétiser dans les quatre murs de la classe les précédentes propositions. De Bloom à Freinet, en passant par Reuchlin et Vygotsky, la PMEV a planté ses racines dans les bases solides de pédagogies éprouvées. Elle présente une organisation de l'enseignement qui vise à créer pour nos élèves (et pour les enseignants) un cadre de travail motivant et responsabilisant, adapté aux exigences de notre époque.

Ces quelques pages sur la PMEV ne sont qu'une vitrine du site de Michel Monot qui présente cette pratique pédagogique d'une manière très détaillée et complète. On y découvrira toutes les bases théoriques, mais aussi toutes les indications nécessaires à la mise en pratique dans sa classe. Pour ma part, je n'ai fait que reprendre textuellement ou résumer succintement certaines de ses pages, afin de créer cette petite "ouverture" pédagogique sur la PMEV.

 

Qu'est-ce que l'apprentissage vicariant ?

Les points forts de la PMEV

Les origines et les sources de la PMEV : de la pédagogie de maîtrise à la PMEV

L'organisation de l'enseignement : planification du programme sur 3 semaines, organisation de la matinée

Pour en savoir plus : adresses de sites, liste de diffusion

 

Pour avoir une mise en page correcte, vous pouvez télécharger ces pages concernant la PMEV :

PMEV.DOC (format Word 97 - 62 ko)

PMEV.RTF (165 ko)