Organisation de l'enseignement

 

Cette organisation repose sur deux axes interdépendants:

1. L'organisation en cycles de 3 semaines;
2. L'organisation de la matinée de travail.

 

Organisation du cycle de 3 semaines

C'est une organisation proche de la pédagogie Freinet mais néanmoins spécifique, qui cherche à prendre en compte les besoins signalés par les chercheurs :

respecter le temps nécessaire à l'apprentissage : travailler sur une longue période - 3 semaines - pour donner le temps aux représentations d'évoluer.
instaurer parallèlement des mécanismes pouvant améliorer le temps effectivement investi par l'élève dans sa tâche et donc contenir ou réduire l'exigence précédente

Caractéristiques

Des rythmes différents mais le même programme pour tous dans les matières fondamentales, par unités de trois semaines.
Un mode d'étayage spécifique conçu pour harmoniser les parcours.

Matériel, préparation, utilisation

Retenir, en math et français, une quinzaine de compétences que les enfants devront atteindre en 3 semaines;
Préparer 3 à 4 fiches pour chaque compétence à atteindre;
Donner à chaque enfant le tableau présentant tous les objectifs, avec le n° des fiches à remplir, des exercices etc...
Afficher ce tableau en classe;
Pour l'enseignant : un tableau à double entrée, avec en ligne les compétences et fiches, en colonnes les noms des élèles;
Chaque fois qu'un enfant a travaillé sur une fiche, elle est corrigée immédiatement. L'enfant et l'enseignant notent (colorient) sur leur tableau l'avancement du travail;
L'enseignant peut affiner sa gestion du travail des élèves à l'aide de codes personnels (croix, demi-croix, ronds pleins, vides, couleurs différentes pour chaque semaine ...).

 

 

Organisation de la matinée de travail

1. Un moment d'écriture

Environ 20 minutes
Ce moment quotidien permet à l'enfant de structurer sa pensée.

2. Bilan du moment d'écriture

On écrit pour être reconnu. Chaque enfant vient lire aux autres son texte.

3. Travail sur fiches (français/mathématiques)

environ 1 heure à 1h30;
Ce temps est consacré chaque matin à du travail individuel sur fiches, au libre choix de l'élève, qui peut bénéficier pendant cette phase de l'aide individuelle du maître ou éventuellement consulter ses camarades;
Cette liberté de choix (dans le cadre des objectifs fixés pour les 3 semaines) plaît à l'enfant. Elle le responsabilise et l'incite à s'évaluer.
L'enseignant corrige "à chaud" chaque fiche.

4. Bilan du travail sur fiches

Environ 30 à 45 minutes
A l'issue de la séquence de "travail par fiches", les élèves sont réunis pour un moment dit de "bilan" destiné à renforcer encore le dispositif d'aide au travail individualisé. Ce moment de bilan est obligatoire et absolument essentiel.
Chacun ayant travaillé - précision importante - sur une tâche différente, les élèves sont invités à présenter, soit complètement soir par simples allusions et commentaires, le travail qu'ils viennent d'effectuer:
ceux qui n'ont pas encore effectué le travail présenté vont pouvoir prendre les repères.
ceux qui ont déjà effectué le travail présenté peuvent intervenir pour apporter des compléments d'information, donner un éclairage différent qui pourra parfois se révéler déterminant pour les élèves en difficulté.
celui qui vient de présenter son travail, au prix d'un effort de distanciation et de métacognition déjà précieux en lui même, se trouve d'emblée confronté à la fois aux demandes des "candides" et à celles des "experts": mise à l'épreuve redoutable et excellente école de convivialité;
Tous les élèves ont donc l'occasion, lors de ce moment de "bilan", de faire le point sur les apprentissages en cours.
Le maître, qui dispose de "tableaux de bord" établis à sa guise, est relativement discret pendant ce moment du bilan et n'intervient qu'en dernier ressort, ou en différé, pour compléter éventuellement les propos des enfants. Il tire profit des débats pour faire le point, à son niveau, sur les apprentissages en cours: telle fiche est difficile, tel sujet appellerait un éclairage complémentaire, tel autre suggérera une leçon de synthèse, etc..
Le moment de bilan, conçu pour une mise en œuvre rationnelle de l'effet vicariant, est le moment capital de la classe fonctionnant en pédagogie de maîtrise "à effet vicariant".
A court terme, il permet de multiplier les "allers-retours de sens" (Stella BARUK) qui vont faciliter la compréhension et constitue en outre un exercice précieux pour l'entraînement systématique à la prise de parole.
A moyen terme, il permet à l'enfant de faire le point sur ses apprentissages pour les mener à bien et apprendre progressivement à les gérer.
A plus long terme, il favorise un entraînement progressif à l'auto-évaluation qui va lui apporter les qualités essentielles du "bon élève".
L'apprenant : Il fait le point sur ses apprentissages et s'entraîne à l'auto-évaluation.
Le maître : A travers le déroulement des présentations et des échanges, il fait le point sur l'avancement des apprentissages qu'il a programmés. Cette séquence lui permet, conformément aux I.O., d'observer et de comprendre ce qui se passe dans les apprentissages.
Chacun expose sa démarche d'apprentissage, sa façon d'opérer.
Pas de corrections au moment du bilan.
Ramasser les cahiers à la fin de la séquence.
Les enfants s'expriment quand ils le veulent, sur un mode qui doit tendre vers un rôle de maître, de présentateur.
Le maître incite les élèves à se risquer, à deux si c'est plus facile.
Chacun passe sur la fiche qu'il veut. But : mettre les élèves en situation de voir clair en eux, de se conduire eux-mêmes.
Tenir l'état des lieux pour dire qui est passé, sur quelle notion, quels exercices sont passés.
Demander à chacun de parler de ce qu'il a fait, avec un support visuel (sa fiche, son cahier)

5. Une séquence de leçons

Les leçons sont maintenues, à l'appréciation des maîtres. Elles tendent à devenir moins nombreuses et plus brèves. Elles prennent souvent la forme de leçons de synthèse qui viennent en conclusion ou en relance d'un apprentissage. Elles sont avantageusement remplacées par les riches moment de bilans durant lesquels les enfants sont invités à "donner la leçon" à leurs camarades.

 

 

Retour à la page PMEV